Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...   

  

6.8. 2014 Garance sur coton selon C. Leigh

Je teste la recette de Carol Leigh (http://hillcreekfiberstudio.blogspot.be/) pour un rouge franc de garance sur cellulosiques mordancées à l'alun/tanin/alun (que je fais en acétate d'alumine à la Garcia). Elle n'ajoute pas de craie au bain.  

  1. tremper les racines une nuit dans de l'eau
  2. les faire frémir une heure
  3. Jeter le jus orange ou le garder comme autre bain de teinture (pied d'autre rouge?)
  4. Refrémir une heure, rejeter le jus
  5. Si encore orangé, refrémir une heure, rejeter le jus
    Les rouges se trouvent dans le troisième ou quatrième jus
    NB Voir résultats des trois premiers bains ci-dessous .
  6. Teindre avec ce quatrième jus, avec ou sans les racines dans le bain de teinture, à 70°C pdt 1h30
    J'ai ajouté un coton AA - cuit 30 minutes à 70°C parce que la nuit arrive, je laisse dans le bain chaud 12h
    La couleur monte lentement en garance, mais déjà après dix minutes le coton est bien rose (trempé dans le bain basique il devient rose bonbon)
  7. Puis monter tout doucement en 30 minutes à 90°C.
    NB ce que je ne ferai pas
  8. Laisser refroidir dans le bain,
  9. Faire sécher et oxyder à l'air
  10. Les tremper dans un bain basique pour rougeoyer plus,
  11. Rincer, sècher définitif
    je rajouterai ensuite dans le bain collectif au savon de marseille (de tous mes essais de la semaine, pour les dégorger complètement).

Dans sa vidéo nr 3, MG procède d'une manière similaire avec de la garance en poudre, mais le but est d' en extraire le pigment carmin pour en faire une laque.

  1. Il mixe 200g de poudre avec de l'eau froide jusqu'à une texture de boue
  2. Il filtre dans une étamine en pressant au maximum
  3. Il le refait trois fois ; l'eau contient les bruns orangés 
  4. Il récupére ce jus multiple, il y ajoute 10% acide citrique et 10% tannins PTS
  5. Il y cuit la laine pendant 45minutes pour un résultat bien dense (mais orangé puisqu'acide)
  6. Il reste dans la pulpe de l'étamine le pigment carmin. Il en tire le pigment - voir page ad hoc.

Mes résultats

Méthode Carol Leigh, je n'ai que des racines, pas de poudre. Je n'ai pas acidifé le bain, comme d'habitude. pH 7. Mais post bain basique de 5 minutes. Puis craie puis savon de marseille.

Lors de la triple extraction des jaunes, j'ai gardé un peu du jus "à jeter" (stades 1 à 4, jus que j'ai gardé bien sûr, pour un fond orangé). J'ai chaque fois trempé un bout de laine/soie dedans, en le numérotant. On voit le rouge apparaître au 3...

J'ai retrempé ce même écheveau dans le bain final. On ne voit plus les zones colorées.

Sur la laine/soie, on s'en serait doutés: superbe grenat, 15 g de laine dans 200g de garance en ayant lavé les orangés, ça peut faire que ça, non?

Sur les cotons (mouchoirs de récup', brocante), je suis très contente du rouge brique. Je ne rêve pas de grenat, tout de même. Enfin si. Alors j'essaie la moitié du mouchoir en bain de lait xx (trois bains tièdes, avec foulonnage, et séchage entretemps). Je retrempe les deux moitiés de mouchoir dans le bain tiède, couvert, pendant une nuit.

Ils foncent tous les deux, mais pas de différence visible à l'oeil (gauche: lait; droite: pas d'ajout). Or, le lait était bien imprégné. Après ces trois bains, le mouchoir lacté était presque craquant de texture.... C'est donc bcp de boulot pour pas grand chose. Voir si le bain de soja n'est pas plus efficace, mais ça me désole tant de devoir acheter ça...

photo tissu lin (un test sur les polychromatismes en un seul bain)

Fin août 2014. Ouf! appris la procédure correcte au stage avec Michel Garcia. Je mordançais mal à l'acétatalun et je conduisais mal mon bain de garance. J'ai obtenu un superbe rouge sur du lin sans trop bricoler: simplement la bonne dose de garance en poudre (indienne 50%) additionnée de 10% de noix de galles en poudre, une montée lente à 60°C puis un vrai chauffage jusqu'à 80°C pendant dix minutes.