Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...   

  

Au-delà des mordants, Michel Garcia (DVD n° 4)

3.1.2020 Je suis fan des ateliers vidéo de Michel Garcia, que j'ai déjà recensés et encensés ici. Je viens de découvrir le 4ème, le plus récent: "Natural Dye Workshop IV: Beyond Mordants: Indigo Intensive and Direct Application of Dyes".

 

Un régal! Pour teinturiers de niveau intermédiaire, car il faut avoir au moins regardé et compris l'un des trois premiers ateliers pour profiter à plein de celui-ci.

Dans ce 4ème atelier, Michel Garcia revient - c'est son habitude - aux traditions anciennes et du monde entier. Il repère les techniques qui, modernisées et affinées, permettront de libérer le potentiel des couleurs naturelles sans mordants minéraux.

Il montre par exemple comment révéler les couleurs réputées insolubles de l'alcanet et du rocou, pour des violets et des oranges vibrants.

On découvre aussi la cuve d'indigo à partir de feuilles séchées, de sukumo (compost) pour teindre la laine, la soie et les fibres végétales. On apprend à produire des laques ou des extraits maison, pour teindre en casserole, pour imprimer ou sérigraphier avec ces colorants. Un chapitre très utile sur l'impression sur laine, que ce soit avec des colorants de la famille des flavonoides (famille "gaude", on va dire) ou des quinones (famille "garance").

Toujours avec un outillage que l'on peut improviser en atelier "budget".

Rayon mordants, vous savez peut-être que nos techniques dites "classiques" ne le sont que par la grâce de l'industrie de la teinturerie du XIXè siècle. La quasi totalité des livres dispo actuellement (voir ceux que j'ai lus ici) reprennent ces techniques. Et si on pouvait retrouver des techniques préindustrielles, moins gourmandes en chimie? Vous apprécierez le nombre de colorants que l'on peut fixer sur la laine en n'utilisant que des tanins et un bain acidifié: ce que je repère sur ce blog sous le libellé "monobain acide à la Garcia".

En tant que pédagogue, j'aime en particulier que ces DVDs soient présentés sous forme d'ateliers, où l'on découvre des principes par la pratique et non par un cours ex cathedra. Libre ensuite à chacun d'intégrer les procédés à sa façon: intellectuellement ou manuellement.

Je me sens aussi proche du discours de Garcia quand il insiste pour qu'on se détache de la "gramme-attitude" (mon néologisme), ce qui se rencontre souvent en cuisine, mon domaine d'expertise.

L'attachement à une recette précise est utile dans les tout premiers pas en teinture ou en cuisine. Mais dès que le premier semestre a passé, le novice peut commencer à étudier le matériau et le procédé au point qu'il peut affiner à l'oeil et au nez. Les ateliers de Garcia, du premier double DVD au dernier, fourmillent d'exemples pour que chacun puisse se faire confiance et se distancie de la "recette-à-la-lettre".

Quand il propose par exemple d'associer de la campêche et du symplocos pour imprimer sur laine, il ne signifie pas que c'est une combinaison fermée à reproduire à l'aveugle. Il l'utilise comme tremplin de réflexion, afin qu'un teinturier comprenne qu'il n'existe pas une seule recette, mais bien des procédés à adapter selon les matériaux et l'objectif souhaité.

Depuis peu, on voit avec joie une foule de teinturiers amateurs explorer leur environnement proche pour élargir leur palette de sources: on glane des écorces de pommier, des fanes de carottes sauvages, etc. Gageons que, bientôt, sous l'impulsion de Garcia, les mêmes teinturiers exploreront avec autant de passion les divers procédés possibles. Nous avons tout à réinventer...

Le DVD donne accès à des documents, des notes, sur le site du producteur. Bien pratique!

J'ai à nouveau appris de nouvelles techniques, de nouveaux procédés - cela me promet de belles longues journées d'expérimentation!

 




La table des matières

 

 

 

Les DVDs s'achètent en Europe chez Michel Garcia (FR), ou chez Zijdelings (NL) . Voir la liste complète chez le producteur.


Voir les autres DVDs

Retour aux archives