Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...   

Doses d'eau en teintures végétales & éconologie

Je profite de mon dernier passage par l'atelier pour rappeler pourquoi je serais mieux lotie de teindre sur mon petit bateau, en bord de rivière, qu'en ville. La force de la mouvance écologique est de nous ouvrir l'horizon vers de nouvelles pratiques: comment moins gaspiller d'eau, de chauffage, etc.

Je prépare mes écheveaux et fibres type laine par lots de 300g. Cela paraît peu, mais je dispose de casseroles de 10 à 15 litres, je ne peux y mettre tellement plus. Je perdrais en efficacité de lavage.

Je profite de mon dernier passage par l'atelier pour rappeler pourquoi je serais mieux lotie de teindre sur mon petit bateau, en bord de rivière, qu'en ville. La force de la mouvance écologique est de nous ouvrir l'horizon vers de nouvelles pratiques: comment moins gaspiller d'eau, de chauffage, etc. Ce que j'ai résumé en "éconologie" en 2014 (billet à retravailler un jour, la base est toujours valide).

A. Je pars de toisons brutes, que je file non lavées, juste décrottées. Je décatis soigneusement (plus hardi que "laver"): aux cristaux de soude et au savon. Parfois dans deux eaux quand les toisons sont vraiment crasseuses: voilà 30 litres partis. Je pourrais pratiquer le lavage par fermentation au jardin, mais cela ne prend qu'avec certaines laines riches en lanoline(info de mémoire, à vérifier dans mes fiches de tests).

B. Je rince après le(s) lavage(s): 10 litres.

C. Si je n'utilise pas le monobain acide à la Garcia ou la cuve d'indigo, je mordance à l'alun et crème de tartre: 15 litres pour mes 300g (max 500g).

NB. Ici, on peut un peu jouer sur les volumes, en ne jetant pas l'eau d'alunage, et en renourrissant la cuve d'alun à chaque fois.

D. Je rince: 10 litres.

On est déjà à 50 litres et je n'ai pas encore teint!

E. Teinture hors cuve d'indigo: 15 litres pour ces 300g. Je rince: 10 litres. Teinture en cuve: je ne compte que le rinçage, mais je dois ajouter un bain vinaigré après oxydation, dans 10 litres d'eau aussi.

F. Avant de sécher et pelotonner, je relave une dernière fois au savon de Marseille ou au bain de son de blé: 15 litres. Et je rince, bien sûr. Souvent je pratique ces deux dernières opérations pour bien plus d'écheveaux, j'en fais jusqu'à 1kg à la fois, dans une grande bassine.

En gros, pour 300-500g de laine, j'ai utilisé un peu moins de 100 litres d'eau. Que je rejette dans le circuit de distribution, oh le gaspillage.

NB. Enfin, contexte chronologique oblige, on peut relativiser: dans mes jeunes années, je prenais un bain par jour. Une baignoire fait +- 200 litres, non? Encore aujourd'hui, adepte de douches, si je reste un peu longtemps (15 minutes), je consomme 180 litres... mais "seulement" 50 litres pour une douche très courte. Quand je n'étais pas équipée d'une toilette sèche (dans l'atelier, d'ailleurs), je consommais +- 50 litres d'eau par jour pour les chasses d'eau.
On peut assi relativiser si l'on sait que dans ma commune 50% de l'eau est perdue dans des tuyauteries vieilles et fuyantes, sous terre, avant même d'arriver chez moi.

Sur le petit bateau, je pourrai renourrir la rivière avec les résidus et prélever de l'eau de rivière pour tous ces procédés (je l'ai évaluée à +-6 de pH). C’est une idée riche, car je serai bien plus attentive aux rejets en pensant à mes copains canards et à leur pitance (les poissons), que je cotoye tous les jours. Belle motivation.

La chauffe

Pour la chauffe, à l'atelier je travaille à chaud mais si j'étais sur le bateau, en mode camping, je pourrais pratiquer à température tiède, si pas à froid. La seule différence: j'attendrais bien plus longtemps.

Si je garde les abréviations ci-dessus : A. Doit être au moins à 50°C. B: froid. C. froid. D. froid. E. Doit être au moins à 50°C. F. tiède

On peut aussi évaluer les doses d'eau et de chauffe en fonction d'une écharpe ou d'un métrage de tissu. Par exemple, je veux aujourd'hui faire un tissu de 50cm de large sur 2m de long, en chamelon (que je file en général en finesse 7 tours/cm, en retors). J'aurai besoin, chaîne et trame comprise, de 800m de fil. En voilà quelques conférences à écouter! Aujourd'hui, Michel Pastoureau sur "La « révolution bleue » des 12e et 13 siècles" -> https://www.youtube.com/watch?v=MO2fghnrfiU

Continuons les calculs. Ce fil fait +-2500 à 3000m par kilo -> j'ai besoin de 250 à 300g pour ce tissu. Exactement ce que j'ai évalué ci-dessus pour la consommation d'eau.



Retour aux archives