Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...

 Lire la suite
  

Fiche-tuto. Post-bain de fer ou de cuivre

Mordancer au fer avant teinture ou après teinture (en "post-bain") garantit une meilleure tenue à la lumière et au lavage. Les hobbyistes se limitent quasi tous au post-bain de fer. Les plus passionnés: le post-bain de cuivre, qui est réputé un peu plus toxique. Les plus pros: des prébains; Très peu de hobbyistes mordancent au préalable avec ces minéraux, à ma connaissance.

Je propose deux variantes: le post-bain à la demande (classique) et la version Robinson des bois.

Le post-bain de fer ou de cuivre, à la demande

Les plus pros privilégieront cette option, qui permet de mieux contrôler les tons: on dose le sulfate de fer selon le poids de la fibre, on trempe la fibre, on jette le bain. Ce bain de fer ou de cuivre convient aux protéiques et aux cellulosiques.

Sous forme de sulfates, ils se dissolvent bien, d'autant plus que l'on a ajouté du vinaigre. N'ajoutez pas de l'oxyde de fer parce que "tiens, j'en ai sous la main"... Il ne se dissoudrait pas aussi bien.

On réalise la solution à chaud, on y trempe les fibres à chaud pendant dix minutes, sans utiliser de plaque de chauffe. On rince soigneusement.

Le cuivre est moins délétère pour la laine que le fer, mais plus toxique pour l'humain. Prévoyez des gants.

Si vous utilisez le bain froid: laissez la fibre une heure. A intervalles réguliers, vérifiez le changement de ton (cuve de fer). Ne dépassez pas 8 heures. La fibre ne changera pas de ton en cuve de cuivre.

Sauf si c'est votre intention claire, ne pas utiliser le post-bain de fer si le bain de teinture contenait des tanins (le cas du procédé monobain ou le cas de certaines plantes). La fibre sortirait trop grisée.

Le cas de la laine et du fer

Après avoir trempé la laine dans la cuve de fer, ce qui la fait un peu souffrir, essorez-la, rincez-la et trempez-la dix minutes dans un bain de craie (1 cuill. s. par litre d'eau). Rincez soigneusement.